Skip to content
Home » Verrons-nous naître des mammouths in 2027?

Verrons-nous naître des mammouths in 2027?

The Journal I reported that since the mummified carcass of a laineux baby mammoth, then well preserved by pergelsol, it was found by gold chercheurs in the Yukon. Il s’agit du specimen le plus complet de l’espèce éteinte never discovered in America.

La petite femelle avait de 30 a 35 jours lorsqu’elle est morte il ya environ 35,000 ans. She is probably avec sa mère de ella lorsqu’elle s’en est eloignée pour boire de l’eau et s’est empêtrée dans la boue.

The mammoths ont atteint l’Amérique du Nord via the Bering land bridge that reliait le continent à l’Asie il already a million d’années. I thought that the Yukon and Alaska were the endroit or the sous-type connu sous the name of mammouth laineux to evolved, already around 300,000 years ago, avant de s’étendre en Sibérie.


Le fameux bébé mammouth laineux momifié found au Yukon en juin dernier.

Photo courtoisie

Le fameux bébé mammouth laineux momifié found au Yukon en juin dernier.

Contemporary des Pyramides

The great majority of laineux mammoths fired at the end of the last glacial period, already around 10,500 years ago. Due to the elevation of the sea level, a small population is retrouvée piégée sur l’île Wrangel de l’Océan Arctique en Russie and continued to live until its disappearance until 3700 years ago. Ces mammouths, contemporary des pyramides d’Egypte built between 4600 and 4500 years, sont disparus, victims of chasseurs humains et du réchauffement de l’environnement.

Depuis une vingtaine d’années, des scientifiques source des recherches pour les «ressusciter»; on part of the “desextinction” des ancêtres des éléphants. On work from DNA prélevé dans des carcasses trouvées dans le pergélisol et d’embryons d’éléphants asiatiques, les plus proches parents actuels des mammouths. DNA (deoxyribonucleic acid) is a molecule that contains genetic information (genome) allowing all these living beings to develop, function and reproduce.

A common ancestor

The modern elephants and the laine mammoths partagent a common ancestor who has already been around 6 million years.

Les éléphants d’Asie current sont plus étroitement liés aux mammouths — partageant 95.8% de leur mitochondrial DNA — que ceux d’Afrique.

Les mammoths laineux sont parmi les animaux disparus les más étudiés à cause de leurs nombreuses depouilles congelées found in Sibérie, in Alaska and in Canada. Avec deux couches de fourrure, des oreilles et des queues courtes protégées des engelures, ils étaient well adapted to la vie à l’ère glaciaire.

DNA, Dolly et les mammouths


The Brebis Dolly who was cloned.

PhotoAFP

The Brebis Dolly who was cloned.

Lorsque la brebis Dolly a été clonée à de la cellule mammaire d’une brebis Finn-Dorset en 1996, une world premiere, on a tout de suite inferé qu’un seul noyau de n’importe quelle cellule pouvait reproduce an animal entier .

Des scientifiques ont thought that les mammouths laineux pourraient ainsi être «ressuscités».

Leurs congelées carcasses trouvées partout dans l’Arctique offriraient le materiel nécessaire pour recreate a living animal.

Des chercheurs et des organismes de recherche aux États-Unis, en Allemagne, au Japon, Corée du Sud et en Russie ont annoncé leur intention de faire réapparaître l’animal disparu en extrayant des cellules fonctionnelles d’a frozen mammoth et en utilisant le Genetic material for cloning.

Pa si simple que ça, à cause de l’eau congelée. Les enzymes des organismes vivants begin to decompose les tissus peu après la mort.

Freezing considerably slows down the action of these enzymes, but it does not stop completely, progressively endommaging the DNA of frozen tissue.

Les tentatives de clonage somatique de cellules de mammifères congelées pendant des années ont échoué.

Create a hybrid

In October 2020, the chercheuses Emmanuelle Charpentier and Jennifer Doudna won the Nobel prize for chemistry for the discovery of CRISPR technology. They are entrees dans l’histoire, étant les deux premières femmes à partager ce prix sans masculine collaboration.

One of the most important genetic discoveries, CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats) is a genetic engineering technique that uses bacteria to identify viruses and divide DNA.

With CRISPR, the de-extinction does not need a cellule vivante or congelée de l’espèce éteinte. Tout ce dont les scientifiques ont besoin, ce sont des restes organiques contenant des fragments d’ADN.

These fragments allow us to discover the complete genome of the disparate animal (a processus appelé “sequençage”).

CRISPR allows aux scientifiques d’éditer l’ADN de son parent vivant le plus proche pour créer a nouveau génome que rapproche du code génétique de l’espèce éteinte. Les génomes d’une vingtaine d’espèces éteintes, dont multiple types of mammoths, ont déjà été séquencés.

Resusciter l’espèce

A young Texas biotech company, Colossal Biosciences, chose the CRISPR genetic technology to resuscitate the laineux mammouth. Colossal pour objectif de ramener le mammouth laineux de l’extinction d’ici 2027. Les scientifiques de l’entreprise vont insérer l’ADN prélevé dans la carcasse d’un mammouth laineux dans le génome d’eléphant d’Asie pour former a « hybrid elephant-mammouth ».

The geneticist of Harvard University, George Church, is co-founder of the company who, in March 2022, raised 60 million dollars to accelerate the development of utilities and genetic technologies, including software and artificial uterus for development ses mammouth embryos.

Ils ne recréeront donc pas un vrai mammouth laineux, mais plutôt un hybride adapted au froid que pourra errer dans la toundra où les mammouths vivaient il ya 11 000 ans.

Colossal prevoit également recréer des hybrides de rhinoceros laineux, a parent of Sumatran rhinoceros in danger critique d’extinction.

A study of March 2017 published in the revue Nature Ecology & Evolution It was revealed that the de-extinction programs would be incredibly coûteux.

The scientists at the origin of the study thought that the public or private sector devoted to extinction efforts would be used to protect existing species.

A 2019 UN report estimates that one million species of animals, plants and mushrooms are fire-prone in the course of decades.

A BOUQUETIN NAÎT D’UNE CHÈVRE


A bouquetin des Pyrénées avant la disparition de l'espèce.

PhotoAFP

A bouquetin des Pyrénées avant la disparition de l’espèce.

On n’a jusqu’ici réussi qu’une seule fois à faire revivre une espèce disparue por clonage génétique, le bouquetin des Pyrénées. Le dernier est mort in 2000.

In 2003, in Spain, he conducted a term for in vitro conception by cloning and the birth of a mammal was released from cells from skin biopsies performed in 1999 on the last representative alive of the species.

An embryo cloned into this transferred dans l’uterus d’une chèvre porteuse. Arrived at the end of five months of grossesse, l’embryon est né par césarienne. He did not survive seven minutes in the open air, due to a pulmonary malformation.

Mères porteuses recherchées

Le problème avec la résurrection du mammouth n’est pas le mammouth, mais l’éléphant.

The de-extinction of mammoths implies the return to a great name of elephants. Des mamans de substitution pour elever les petits mammouths laineux avant de les relacher dans la toundra. Combien de décennies avant de recréer des troupeaux à grande échelle?

Et les eléphantes ne sont pas des souris de laboratoire. Les chercheurs peuvent féconder des centaines de souris. Impossible with the elephants. Les scientifiques auraient besoin de beaucoup trop d’éléphantes gestantes. The name of the captive elephants in the age of reproduction is limited and the artificial insemination is the largest of the times. Sur 27 grossesses répertoriées aux États-Unis, huit ont abouti à des fausses couches ou à des éléphanteaux mort-nés. Six autres sont morts peu après leur naissance. D’où les recherches sur les utérus artificiales.

A park du Pleistocene

The plupart of ceux who are engaged in the search for desextinction and veulent pas simply resusciter d’anciens animaux iconiques pour en faire une zoo or cirque attraction.

Ainsi Colossal Biosciences veut aider leséléphants d’Asie en voie de disparition à s’adapter à l’environnement glacial de la toundra. On envisage a « Parc du Pléistocène » pour les hybrides de mammouths laineux. Rien à voir avec jurassic park. It will be a national park where the fauna, the flower and the natural milieu will be protected from human activities.

A zone of 155 kilometers of roads in the north of Russia is waiting to restore the ecosystem that exists for the mammoths that populate the region. Les chercheurs Sergey et Nikita Zimov and testest déjà leurs théories sur les effets écologiques et climatiques du « réensauvagement » (rewilding).

Ramener à la vie les mammouths laineux serait bon pour l’environnement. Ils mangeaient herbes et arbustes et fertilisaient le sol avec leur fumier. Ils ont joué un rôle essentiel dans le maintien de la couverture herbeuse qui isolait jadis le pergélisol des plaines arctiques.

Lorsque ces grandes bêtes de pâturage ont disparu, la calotte herbeuse a decline, permettant le dégel du pergélisol et la libération de volumes massifs de gaz à effet de serre accélérant le réchauffement climatique.

The « Parc du Pléistocène » will be an endroit où pergélisol Sibérien will be de nouveau isolated par des prairies sans arbres sur lesquelles de vastes troupeaux de mammouths, de chevaux sauvages et de bisons brouteraient.

Et Ensuite… the humans


A bloody échantillon prélevé sur une carcasse de mammouth laineux par des scientifiques russes in 2013.

PhotoAFP

A bloody échantillon prélevé sur une carcasse de mammouth laineux par des scientifiques russes in 2013.

The discovery of CRISPR revealed to me a new method of publishing DNA, which could allow me to modify human genes without certain causes of hereditary maladies. Ça soulève de grave ethical problems.

Ce n’est pas de la science-fiction. In 2018, a Chinese biophysician, He Jiankui, modified a gene dans des embryons humains pour leur conferer une résistance au HIV. Trois des embryos modified ont été transferred dans des femmes de la ville de Shenzhen.

Le Dr He in 2019, he was sentenced to prison for “illegal medical practices”. Il a été libéré en avril dernier après trois ans d’incarcération. On ne sait rien sur la santé des trois enfants.

L’expérience aroused critical lives in China et à travers le monde.

L’utilisation d’un génome humain édité a peut-être introduit des erreurs dans le génome des fillettes. Même les plus infimes modifications de l’ADN pourraient avoir une myriade de conséquences unforeseeable.

In February, deux bioéthiciens chinois ont sued Pekin de faire des analyses génétiques des bébés CRISPR pour determine if leur corps contient des erreurs génétiques qu’ils pourraient transmettre aux générations futures.

C’est sans parler de la mutation intentionnelle d’embryons dans l’espoir de créer de « meilleurs » humains.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *