Skip to content

Tarn-et-Garonne. Pourquoi Beaumont-de-Lomagne est-elle la cité du cheval depuis 150 ans ?

Ce sont les achats massifs de l’armée française who ont permits d’asseoir la notoriété du cheval trotteur de Beaumont-de-Lomagne (©Hippodrome / Bertrand Destruhaut)

Si vous passez par Beaumont-de-Lomagne, vous avez de quoi être surpris. A hippodrome demesure pour cette ville de 3700 inhabitants, des chevaux en train de paître dans the plupart des terrains autour du centre-ville. Incontestablement, il se passe quelque chose autour du cheval dans cette cité aux confins du Tarn-et-Garonnedu gers et of the Haute-Garonne.

D’abord le déclin du vignoble beaumontois, ravagé par le phylloxéra

Dans la deuxième partie du XIXand siècle, the vignoble of Beaumont-de-Lomagne is exhausted. D’abord, sa qualité n’était pas la meilleure comparee aux vignobles voisins. More surtout, the production is ravagée par le phylloxera, un puceron ravageur.

« Il faut se rendre à l’évidence, le territoire doit find new debouches économiques, d’autant qu’il est difficile d’attirer des industries, Beaumont es à distance des Grandes villes du Sud Ouest », indicate Laurent Segalant, écrivain et historien.

Des besoins considérables en chevaux pour le pays

La France a des besoins considérables en chevaux au XIXand even so the premiere partie du XXand century. Alors that the automobile does not take are more than after 1950, he was aware of the kisses of the ensemble of the population: the economic, medical and social activities more pourvoir également aux Kisses of military activities.

After the débâcle of the guerre contre l’Allemagne of 1870, The French Armed Forces are humiliated et prepare leave the revenge.

Jusqu’à a million chevaux in 1914

Le cheval est un elément essentiel de l’armée de terre jusqu’en 1945 et davantage encore pour la guerre de 14-18. In effect, a cette époque, l’armée est hippomobile. Le cheval est nécessaire pour la cavalerie, l’artillerie, mais aussi pour acheminer les minutions et la nourriture, pour convoyer les malades, les blessés et les officiers.

The armée comptera jusqu’à 300,000 chevaux in 1914 et passera commande de 700,000 autres pour couvrir les besoins liés au conflict.

Videos : at the moment sur Actu

La race du « trotteur français » beaumontois repérée par l’armée

Le cheval de Beaumont est le meilleur des chevaux de cavalerie. Il est en général étoffé, prés de terre, il a la trempe et la vigueur qui en font a remarkable cheval de service sur route.

Officier des haras nationaux – 1903

The local race of Beaumont de Lomagne is detected by the French armée. Celle-ci s’y connaît well in the matière. She achète à different eleveurs locaux ses chevaux. Ceux-ci sont alors Acheminés vers les haras nationaux, comme celui de Tarbes (Hautes-Pyrenees). Les haras se chargent alors du dressage des bêtes et de leurs affectations dans les différentes barracks, regiments et corps d’armée.

In 1912, atteint le pic de équine population en France avec 3 200 000 têtes, soit un cheval pour dix Français. The kisses are huge. Et on va donc assister au développement d’un écosystème autour de la race locale beaumontoise. L’armée achète à prix d’or ces chevaux et les eleveurs locaux multiplient.

Laurent SegalantEcrivain et historien

Pourvoir aux besoins de la région militaire

Beaumont-de-Lomagne devait pourvoir aux besoins de toute la région militaire correspondant approximativement à l’Ancient Midi-Pyrenees. À commencer par le Tarn-et-Garonne. Montauban était une grande place militaire avec de grands besoins en chevaux. On and comptait deux regiments d’infanterie et un regimen de dragon (cavalerie légère).

Les militaires encouragent donc la creation of agricultural elevations in Beaumont dès les années 1870-80 par des éleveurs privés locaux. Ces éleveurs éclairés (ingénieurs agricoles de l’époque) avaient pour consigne de préserver la race en évitant par exemple d’aller chercher des pouliches des Pyrenees. Ils ont même créé une société d’amélioration de la race beaumontoise, at the end of XIXand century.

Flight from Beaumont-de-Lomagne
Air flight from Beaumont-de-Lomagne. (©CC de la Lomagne T-et-G)

The consécration des activités civiles avec le PMU et l’hippodrome

Parallèlement aux militaires activités, la réputation du cheval de Beaumont-de-Lomagne attire aussi les connaisseurs et professionnels du monde de la course hippique.

Ainsi you premier hippodrome de la ville verra le jour in 1875. Il est commandé par la Société des courses de Beaumont. Initially built on the other side of the city, in the inundable zone, Celui-ci will be entirely recreated in the quartier Borde vielle in 1925.

Le nouvel hippodrome érigé in 1925 behavior désormais des tribunes. There are already 15 meetings for and not a third national organization organized by the PMU. On appelle ce lieu “le Vincennes Lomagnol”, tellement le site est connu et apprécié par les turfistes. La longueur des pistes, le revetment en gravier rose fin, le restaurant panoramice, la capacité d’accueil, tout cela fait la réputation de Beaumont-de-Lomagne.

Laurent SegalantEcrivain et historien

Dans la premiere partie du XXand siècle, le cheval s’est tellement developed à Beaumont qu’une industrie de production of fouets and cravaches s’y install même ! « Voilà qui est amusant alors que le canton n’avait jamais connu d’industrie jusqu’alors » s’amuse l’historien.

« Beaumont a su trouver un segment, c’est son génie »

On peut s’interroger quant au maintien de cette activité équine à Beaumont in 2022 alors que les besoins en cheval ont fortement declined after 1950.

Il reste fort heureusement les courses et la spécificité de la race beaumontoise. A savoir-faire dans l’elevage also, hereto de l’histoire. et well south ces chevaux aux charactéristiques physiques impressionnantes !

“Beaumont to his find a segment dans l’équitation avec la course de trot, c’est son génie”, specifies Laurent Ségalant.

Cette course particulière se joue avec un sulky tracté par le cheval. Celui-ci doit imperatively rester au trot et ne pas faire de gallop. C’est donc le cheval que a le trot le más rapide qui l’importe.

« The city says that they do it with prestige and parvient heritage in conserving a magnificent subsistance. Aujourd’hui, on se réjouit aussi de la présence de l’ail de Lomagne, une autre fierté locale. Cette filière s’est structurée à des années 60, mais elle s’est développée que très récemment».

To know:
Laurent Ségalant est Ecrivain et Historien. He is the author of «Mourir à Bertix» chez Privat et de several articles dans la revue «Le débat» chez Gallimard.

Cet article vous a été utile? Sachez que vous pouvez suivre Actu Occitanie dans l’espace Mon Actu. In one click, after inscription, you and retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Reply

Your email address will not be published.