Skip to content

South Blue Bonnets trail

The debuts

Les courses de chevaux are introduites au Québec dès la conquête de 1760 et les premières d’entre elles ont d’ailleurs lieux sur les plaines d’Abraham.

Québec and Trois-Rivières connaîtront les pistes de courses de chevaux avant Montréal.

C’est ce que raconte le chroniqueur Patrick Baillargeon à l’animateur Patrick Masbourian à l’émission Pour la suite des choses du 17 July 2007.

Canada Magazine, 1st January 1963

Photo : Radio-Canada

The first track of Blue Bonnets was built in 1828 on the territory of Saint-Pierre. La piste est baptisée ainsi en raison d’un secteur de ville Saint-Pierre baptisé The Blue Bonnets hill“,”text”:”The Blue Bonnets hill”}}”>The Blue Bonnets Hill et d’une populaire taverne du même nom que se trouvait à proximité.

Cette première piste will be destroyed due to the construction of the chemin de fer à Lachine.

In 1872, another track of course pour les chevaux est aménagee dans le sector de Montréal-Ouest. It was finally in 1905 that the Montréal jockey club began to beat a grand hippodrome carrying the name of Blue Bonnets in the Notre-Dame-des-Neiges quarter. Le lieu est inspired by the track of Saratoga dans l’État de New York, avec des estrades pour accueillir les visitaurs.

During the decades from 1930 to 1970, more than one other track for the hippie sport course went back to the metropolis: Dorval, Richelieu, Mount Royal, King’s Park, Delorimier.

les années fastes

The 1st January 1963, Canada Magazine present a report by journalist Jean-Louis Gagnon toured à l’hiver et au printemps de l’année précédente. Le reporter and discuss the entrainment of hiver and the sons donnés aux chevaux à l’Hippodrome Blue Bonnets.

Les chevaux participent ensuite à leur première course du printemps accompanied by leur jockey en sulky léger sur la piste de Richelieu à Montréal.

Reportage of Jean-Louis Gagnon qui traite de l’entraînement d’hiver et soins des chevaux à l’hippodrome Blue Bonnets et courses (sulky léger) sur la piste Richelieu à Montréal.

Tous les jours, les chevaux sont tenus de courir de quatre à six kilomètres pour garder la forme.

Les écuries de Blue Bonnets peuvent recevoir jusqu’à 1000 bêtes.

Dans les années 1970, Blue Bonnets figure among the three plus important tracks of course in Amérique du Nord avec New York et Chicago.

L’Hippodrome de Montréal presents around 260 course programs per year with an assistance d’environ 8000 people per day. Certain dimanches, l’assistance atteint 12 000 people.

The 1st July 1970, lords of the event The soiree du bon vieux temps, Who brought together names of great families of the equestrian industry, ce sont plus de 41 500 spectateurs envahissent le boulevard Décarie. Du jamais-vu pour un événement sportif au pays.

Les années 1970 et le début des années 1980 continueront d’être des années fastes pour les courses hippiques à Montréal. Les parieurs viendront nombreux will understand the voice of the famous commentator Jean Desautels to pronounce the names of chevaux et leurs positions à une vitesse phénoménale.

I decline

On March 2, 1989, the journalist Christine Saint-Pierre presented a report on the Hippodrome who knew of a revival after a long year in 1988.

Christine St-Pierre’s reportage on the Hippodrome Blue Bonnets which continued in a strong croissance from 1988 to 1989. The news bulletin is animated by Marie-Claude Lavallée.

Face aux pertes financiers de l’Hippodrome, le gouvernement du Québec accepte de réduire de 3% la taxe sur les paris. L’assistance increased by 25% in one year.

The country is assured for those years, more in 1993, the Montréal Hippodrome temporarily arrests its activities due to a conflict of work. La même année, le casino de Montréal ouvre ses portes, ce que donnera a fatal coup à l’industrie du sport hippique montréalais, que ne s’en remettra never.

Dès lors, les paris deviendront de moins en moins importants et les visitaurs, de moins en moins nombreux.

Reportage by Pierre Duchesne on the abandonment by the Charest government of the revival plan of Hippie Attractions that would ensure the survival of four hippodromes in the province, not the Hippodrome Blue Bonnets.

On February 20, 2009, the Québec government announced that it would withdraw from the industry of horse courses. Pierre Duchesne presents a reportage au telejournal.

“Plusieurs études ont été faites et c’est un secteur qui ne soulève plus les passions des Québécois”, mentions the Minister of Finance of Québec Monique Jérôme-Forget pour justifier her decision.

Laissé à l’abandon during neuf années, l’Hippodrome will be destroyed in 2018.

Plusieurs projets de développement notamment immobilier ont été promis depuis por los différentes municipal administrations montréalaises sur le terrain de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Leave a Reply

Your email address will not be published.