Skip to content

NÎMES AT THE FAIR Les centaures triomphent de merveilleux Bohorquez

Des arenes quasi pleines pour cette matinée equestre de fair Pentecôte (Photo Anthony Maurin).

Hand to hand of Fermin Bohorquez pour Lea Vicens (deux oreilles, deux oreilles et une oreille) and Guillermo Hermoso de Mendoza (salut, une oreille et deux oreilles). Le dernier Bohorquez de la course a été primé d’une return to the ring.

This is a bullfight that has been organized in lieu and place hand in hand. More… Suite à la blessure by Pablo Hermoso de Mendoza who was the encore remis, et au vu du succès de la corrida de Madrid (dimanche dernier), Simon Casas, director des arenes de Nîmes, souhaité renouveler le mano à mano between Lea Vicens and Guillermo Hermoso de Mendoza. Pablo Hermoso de Mendoza était quand même et malgré tout dans le alley et a pu well applaudir son petit de him, même si ce fut Lea qui coupa le plus de trophées lors de cette matinée équestre.

Lea Vicens (Photo Anthony Maurin).

La Nîmoise begins fort en faisant d’emblée tomber deux pavillons blancs du box tenu by Daniel Jean Valade. Deux mouchoirs déjà en guise de triomphe I anticipated. Deux oreilles pour Lea Vicens qui a toréé dans les bons terrains, mais parfois de manière un peu dangereuse mais plaisante à voir. Il faut I will say that the bull of Fermin Bohorquez, lui also presented in contre-piste, était une pure merveille d’adversaire. De la race, de la caste et de la mobilité sur un fond de noblesse. On peut difficilement rêver meilleur opposant. Congratulations pour ce toro qui a fort well launched the course.

Lea Vicens sur son second de Bohorquez (Photo Anthony Maurin).

Read Vicens coupera à nouveaux deux oreilles, même si a la mort de son toro le décisif sera largely plus contestable… Bref. Le public veut voir l’enfant du pays sortir en triomphe, Lea sortira en triomphe. No usurpation, pas de tromperie mais sans doute un trophée de trop. Moins noble that are predecessors of him, the bull of Bohorquez coopère also moins longtemps, il perd sa dynamique et s’essouffle vite sous les assauts de la cavalière et les rayons ardents du soleil de juin.

Quelques de dressage figures que plaisent à l’assemblée (Photo Anthony Maurin).

Comme on dit jamais deux sans trois on aurait pu le croire. Lea va-t-elle couper trois fois deux trophées? Non… Hélas, car le box n’en donnera qu’une. Il faut I will say that I published n’en demande étrangement pas d’autre. Pourtant, sur ce troisième, on a vu la Nîmoise toréer proche des cornes mais sans jamais se faire toucher. Ses appuyés de ella sont de toute beauté, ses courses courbées aussi. Quelques quiebros de belle facture rehausseront même le duel. On your mounts danser sur des terrains contraires avec le sourire aux lèvres. On aussi vu la douceur avec laquelle Lea directait le bas de son corps de centaure. Mieux que lors des deux premiers essais, la Nîmoise a adouci les traits de son bullfighting her. Ici, il ya une Lea épanouie, rayonnante et qui, pas ingrate pour deux sous, a fait sortir en piste le rancher à des reprises pour le remercier d’avoir contribute a tel lot. Même Simon Casas, the Nîmes sand company, is coming to welcome a Fermin Bohorquez aux angels.

Guillermo Hermoso de Mendoza (Photo Anthony Maurin).

Sans son père comme compagnon de cartel mais avec ses montures et face à la régionale de l’étape que assure une season magique, Guillermo Hermoso de Mendoza pouvait lui aussi marquer les esprits à Nîmes. Propre et sans fioritures, le cavalier navarrais pose dans les meilleurs terrains et démontre une nouvelle fois la puissance de la cavalerie familiale. GHM torée souple et propose une tauromachie moins abrupte que par le passé. On this encore loin du père mais le petit monte peu à peu et arrive réellement à rivaliser avec n’importe qui dans la cour des grands.

Le dynamisme du deuxième Bohorquez by Guillermo Hermoso de Mendoza (Photo Anthony Maurin).

The times that the lines are according to a little attention and that they surrender compte that they ont face à eux an excellent cavalier and a bullfighter who is revealed, the pain is left behind. Il laissera ses chevaux de el faire bien toucher et ce à de multiple reprises mais le public ne semble pas lui en tenir rigueur. Guillermo fait le job et masque tout cela avec un comportement enjoué que les gradins adorent le lundi matin. Mieux, les étagères pétitionnent et contribuent fortement à faire tomber un mouchoir blanc du box.

Aux banderilles courtes, Guillermo Hermoso de Mendoza (Photo Anthony Maurin).

The dernier bull fera une return to the ring à titre posthume non pas forcément pour ses qualités propres mais au moins pour celle de quatre autres de ses congénères. Rendons hommage à cette grande corrida de Bohorquez. Des bulls sans vices mais avec de la force, de la mobilité et de la caste à revendre. Dur d’être face à des chevaux, sans arme ou presque et baladé comme un pantin d’un bout à l’autre de la piste brûlante. C’est pourtant devant lui that Guillermo decides to passer la vitesse supérieure. C’est maintenant qu’il montre l’étendue de son savoir de him et la margin de sa progression de lo. Une étendue qui s’étend et une marge qui s’affine au fil du temps. GHM is quasi prêt à endosser le nom de son père del qui devait jusqu’alors être bien lourd à porter. Guillermo est un Hermoso de Mendoza mais il a maintenant et pour Nîmes un prénom, Guillaume.

The sortie en triomphe des deux cavaliers et du foreman by Fermin Bohorquez (Photo Anthony Maurin).

Leave a Reply

Your email address will not be published.