Skip to content
Home » Les organoïdes de cerveau débarquent in Suisse romande

Les organoïdes de cerveau débarquent in Suisse romande

What became a National Research Center (PRN) une fois son financiément arrivé à son terme? Il se dissout, ou se perennise. C’est la deuxième solution qui s’imposera pour le PRN Synapsy, à l’interface entre psychiatrie et neurosciences. Jeudi 2 juin, à l’Université de Genève, c’était l’heure du bilan de 12 ans de recherche. Synapsy will become an interfaculty research center, hosted by the Biotech campus. Avec, comme projet phare, celui de mettre au point des organoïdes de cerveau.

Pourquoi c’est important. Synapsy was created in 2010 to understand the genetic determinants and environments of major mental illnesses, such as schizophrenia or autism. Il s’agissait aussi de donner à la psychiatrie romande les outils pour s’imprégner des neurosciences et des sciences de la vie. From the point of view, the program to permit de faire emerge a new generation of clinicians-chercheurs dans la région lémanique.

Douze ans et 700 publications. In 2010, the Fonds national suisse (FNS) launched the troisième series of pôles de recherche nationaux (PRN), sur huit domaines clés, de la robotique aux quantiques technologies. Sous l’impulsion de Pierre Magistretti et Dominique Muller, tous deux spécialistes de plasticité cérébrale, un pôle Synapsy a été créé dans l’arc lémanique pour mettre à jour les «mécanismes synaptiques de maladies mental».

Douze ans plus tard, Synapsy – à cheval entre l’EPFL, les Universités de Lausanne et Genève – compte quelque 700 publications à are active. In organizing a clôture conference on June 2, 2022, the University of Genève was souhaité met in advance of a selection of fruitful research projects, at the time of the official end of public finance. Example pair:

  • The development of tools for early detection of autism, funded by examples of AI analysis of videos of social interactions. “Il faut identifier ces enfants le plus tôt possible, pour commencer les interventions dès 3 ans si possible”, indicates the psychiatre et chercheuse Marie Schaer, in charge of ces recherches. In the end, the perspective is d’arriver à distinguish between more sous-types d’autisme, pour mieux and répondre.

  • The extension of deep brain stimulation, initiated by Parkinson’s disease and essential tremors, aux mental maladies. «The plupart des maladies psychiatriques sont beaucoup plus complexes qu’un tremblement», notes Christian Lüscher, neurologue et chercheur sur ces questions. “Dans un premier temps, on va se focaliser sur le circuit de la récompense dans l’autisme.”

  • Medical tester that stimulates neurogenesis, to prevent children from schizophrenia and develop troubles from their parents. From the first results, issus de recherche menées Stephan Eliez et ses équipes del him, suggesting that certain antidépresseurs (ISRS) have an effective protecteur sur le cerveau, chez des personnes à haut risque.

A change of culture. Mais l’objectif de Synapsy était plus profond. «On a cofundé Synapsy dans l’idee d’introduire les neurosciences dans les départements de psychiatrie», explains Pierre Magistretti à heidi.news. “C’est un des rare pôles de recherche, voire le seul, dont l’essence est de faire évoluer une medical discipline et les problematiques de santé s’y rapprochant”, note dans sa présentation Antoine Geissbuhler, vice-recteur de l’ University of Geneva.

After the war, the psychiatry is developed in mettant l’accent sur l’interaction avec le patient et le fonctionnement (supposé) du psychisme. Ces dernières décennies, les apports de la génétique et des neurosciences ont a nouvel air.

I booked aux abonnes

Cet article est réservé aux abonnés.

Leave abonné(e) ?
Connectez-vous

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *