Skip to content
Home » Les chevaux de Przewalski (Le Villaret, Causse Méjean)

Les chevaux de Przewalski (Le Villaret, Causse Méjean)

Direction cette semaine Hures-la-Parade in Lozère et plus précisément le hameau du Villaret. Là, au cœur du Causse Méjean dans un landscape que ressemble fortement aux mongolian steps évoluent les chevaux de Przewalski. Ancêtres de nos chevaux domestiques, appelés takh or takhi in Mongolian, ce sont les seuls chevaux à n’avoir jamais été domestiqués par l’homme.

Derniers chevaux sauvages, ils ont bien failli tiraître. In 1879, some unknown Western scientists were observed in the Gobi desert (Mongolia) by a Russian explorer of Polish origin, Colonel Nicolaï Przewalski. L’espèce héritera de son nom.

© Takh Association

Trapus (around 1.40 m with a garrot for 300 kg) and the skills of an Isabelle robe (jaune orange), ces chevaux rappellent immédiatement les fresques que ornent les grottes de Lascaux ou cells de Niaux.

A en croire ces peintures, ces chevaux étaient donc présents à l’époque des dernières glaciations en Europe, il ya 10,000 ans. Des climatic changes or peut-être déjà l’action de l’homme l’ont ensuite relegated dans les steppes d’Asie.

Alors que les nomads mongols vivaient avec ces chevaux depuis des siècles, when the specie fut redécouverte en 1879, sa population a fortement decliné du fait d’une capture de grande ampleur (chasse pour sa viande notamment), mais également à cause de plusieurs hivers rigorouseux.

Result: Dans les années 1960, l’espèce shoots totally de Mongolie à l’état sauvage. Seulement quelques individus ont survécu dans des zoos.

The rehabilitation of the species

Comme nous le rappelle a panneau à l’entrée du site du Villaret : « L’elevage en zoo a permis de conserver l’espèce sans toutefois permettre aux mécanismes de sélection naturelle d’eliminer certaines tares. The captive world population ayant de plus été réduite à treize individus reproducteurs au milieu du siècle dernier, une certaine consanguinité s’est développée. »

© Gorges du Tarn, Causses et Cévennes

Il fallait sauver cette espèce menacée d’extinction. Pour cela, on devait réintroduire ces chevaux dans un milieu sauvage, proche de celui des mongolian steps. A l’origine de ce projet, with trouve des personnels de la station biologique de la Tour du Valat (in Camargue), du WWF et du Parc national des Cévennes. Dans les années 1980, Claudia Fech, biologist, later studied the station gardoise comment les chevaux de Camargue forment des groupes familiaux lorsqu’ils sont laisses en semi-liberté. Ses recherches de la conduisent à l’étude du cheval de Przewalski et à la création de l’association Takh in 1990. Cette association pour but de recréer une population de chevaux de Przewalski vivant en liberté avant de les réintroduire en Mongolie, territoire original cette specie.

May 26, 2022 © Marc Parguel

Le site du Villaret a été choisi pour sa beauté sauvage, son climat (il peut y faire très chaud, mais aussi très froid) et sa ressemblance avec les steppes d’Asie centrale. Sur ce plateau calcaire du Causse Méjean traditionally toured vers l’elevage de moutons, les chevaux pourront reproduced et former un troupeau dans des conditions naturelles. The species pourra still prospered on a près surface of 400 hectares.

Des parcs animaliers d’Angleterre, d’Allemagne et France are my contribution.

In 1993 and 1994, the first eleven individuals arrived at the Méjean cause.

The Villaret Reserve © Marc Parguel

Sébastien Carton de Gramont, present from the debut of the adventure is souvient: « Le défi était de réunir all the conditions pour un « réensauvagement » des chevaux. With a minimum d’intervention humane et donc avec les risques entailed by the selection naturelle, prédateurs inclus… Au début, les chevaux étaient très stressés. The competition between the étalons était exacerbated. Il a fallu près de dix ans pour observer des behaviors plus cohérents, avec des rituels d’intimidation et de marquage du territoire que ont mis fin aux combats violents, aux poursuites incessantes que épuisaient les chevaux » (d’après L’épopée lozérienne des chevaux de Przewalski, Benjamin Calvez, cahiers de Midi Libre, November 3, 2019).

Le choix de ce site du Villaret est judicieux à double titre. D’une part, cette réserve permet aux chevaux de reconstituer des groupes familiaux, comme on l’observe au sein des autres populations naturelles de chevaux. The cohesion between the individuals inside the groups is essential to face a situation that is also stressful that a re-introduction in Mongolia, or the conditions were extremely rude.

D’autre part, l’elevage de ces chevaux sur ces terres participates in the conservation des pelouses sèches. In effect, le pâturage par les chevaux permet de lutter against colonization par les buissons des parcelles les moins productives, qui ne sont plus entretenues.

May 26, 2022 © Marc Parguel

After beginning a little difficult, and saying that it was semi-liberty, the situation was stabilized by the young males in Villarett who were once chefs de famille. Les chevaux ont retrouvé leur behavior sauvage. 22 of the time they were prepared for a long voyage in 2004-2005 vs leur Mongolie “natale”. A veritable défi logistique pour l’association Takh que les fait acheminer jusqu’à Khomyn Tal. Ce fut un véritable succès que a su pérenniser. In 2019, there were over 76 Przevalski farms that benefited from 14,000 hectares of the Mongolian Khomyn Tal reserve.

Sur le site du Villaret, il y avait cette année-là, 28 chevaux de Przewalski who lived in petits groupes familiaux composed of an étalon et d’une à trois juments ainsi que de leur progéniture.

Currently, on account of 31 farms who live in semi-freedom on 400 hectares!

© Marc Parguel

Ils ne sont pas toujours visible, mais vous pouvez prendre rendez-vous avec l’association Takh qui œuvre ardemment pour la préservation de cette espèce et qui redonne vie un peu plus chaque jour au hameau du Villaret.

Thank you to the scientists who teach you and ont veillé à leur preservation, on peut dire que l’espèce si longtemps menacée d’extinction est en voie d’être sauvée. L’aridité du Causse Méjean, une association dynamique, tout est réuni ici pour réhabiliter le cheval de Przewalski, on peut dire que la Lozère lui a sauvé la vie.

Marc Parguel

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *