Skip to content
Home » Dans le Wyoming, the dernier rodéo de Jonn

Dans le Wyoming, the dernier rodéo de Jonn



<p>A cowboy sets out for a rodeo in Bosler, Wyoming, on August 13, 2022</p>
<p>” width=”245″ height=”163″ src=”https://www.lalibre.be/resizer/nAe9dbgeS3mV8TfOZGP6OZg3BIk=/245×163/filters:focal(117.5×86.5:127.5×76.5)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/ipmgroup/ZZNU2ZJYINHJ3AWTRYVG7YEHGI.jpg” srcset=”https://www.lalibre.be/resizer/nAe9dbgeS3mV8TfOZGP6OZg3BIk=/245×163/filters:focal(117.5×86.5:127.5×76.5)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/ipmgroup/ZZNU2ZJYINHJ3AWTRYVG7YEHGI.jpg 480w” sizes=”<br />
    (-webkit-min-device-pixel-ratio: 2) 50vw,<br />
    (min-resolution: 192dpi) 50vw,<br />
    (min-resolution: 2dppx) 50vw,<br />
    (-webkit-min-device-pixel-ratio: 3) 33.33vw,<br />
    (min-resolution: 288dpi) 33.33vw,<br />
    (min-resolution: 3dppx) 33.33vw<br />
“/></p></div>
</div>
</figure>
</div>
<p class=A rodeo pour surmonter les clichés sur l’addiction et le suicide. A tribute to Jonn Beer, a cowboy mort d’une overdose. Bosler, fin fond du Wyoming, un samedi d’été.

Dans ce minuscule bourg de l’Ouest américain, le public vibra au rythme des coups de sabot that launches a des chevaux contre une clôture blanche.

La barrière s’ouvre, l’étalon Hagard déboule dans l’arène.



<p>Flight from the Tom Horn Days rodeo, to Bosler, in Wyoming, on August 13, 2022</p>
<p>” width=”245″ height=”163″ src=”data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAMAAAACCAIAAAASFvFNAAAABmJLR0QA8wDzAPNl4f/dAAAACXBIWXMAAAsTAAALEwEAmpwYAAAAFklEQVQI12P8/PkzAwMDAwMDEwMMAAAzfgLdhtgOogAAAABJRU5ErkJggg==” srcset=”https://www.lalibre.be/resizer/mXBm_qzVjyac9GVW8JHBWNRHp3I=/245×163/filters:focal(117.5×86.5:127.5×76.5)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/ipmgroup/JX3QAXIJCFF23BTBXM5CTV6AZY.jpg 480w” data-sizes=”auto” data-optimumx=”1″/></p></div>
</div>
</figure>
</div>
<p class=I planted sur la selle, a cowboy tente perilleusement de s’agripper avec une seule main tandis que l’animal sauvage rue et se cabre. Un seul objectif: ne pas se faire débarquer durant au moins huit secondes. Des dizaines de vaillants tentent de répéter la prouesse, les chutes sont nombreuses.

– A nuage of ashes –

“Celle-là a dû faire bien mal. Il va avoir besoin d’un petit coup de main”, launches l’animateur dans son mégaphone quand un des hommes retrouve face à lui, les quatre fers en l’air.

Jonn’s family observe the scene.



<p>A cowboy après une chute lors d’a rodéo à Bosler, dans le Wyoming, le 13 août 2022</p>
<p>” width=”245″ height=”163″ src=”data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAMAAAACCAIAAAASFvFNAAAABmJLR0QA8wDzAPNl4f/dAAAACXBIWXMAAAsTAAALEwEAmpwYAAAAFklEQVQI12P8/PkzAwMDAwMDEwMMAAAzfgLdhtgOogAAAABJRU5ErkJggg==” srcset=”https://www.lalibre.be/resizer/sjRwMgbLOS6-hjAjuCm949MFqaM=/245×163/filters:focal(117.5×86.5:127.5×76.5)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/ipmgroup/R6JVXQ2DF5EQRP2CFQMMXZMIKY.jpg 480w” data-sizes=”auto” data-optimumx=”1″/></p></div>
</div>
</figure>
</div>
<p class=C’est après une chute et une sérieuse blessure au genou que le jeune homme, passionné de chevaux depuis son adolescence, a commencé à prendre de l’Oxycontin, un opiacé antidouleur hautement addictif, prescribed par des médecins.

The debut of a gear. Jacket nouvelle blessure, integral part of the life of a cow-boy, is synonymous with new traitements.

“Ils ont continued à lui en prescrire jusqu’à ce qu’à un moment donné, il soit incapable de vivre sans”, explains son père, Don Beer. “Ça nous a menés là où nous sommes maintenant, à honorer la mémoire de mon fils qui est parti.”



<p>The family of Jonn Beer, cowboy décédé d’una overdose de fentanyl: Carter, Andrea, Don et Maxton Beer, à Bosler, dans le Wyoming, le 13 août 2022</p>
<p>” width=”245″ height=”163″ src=”data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAMAAAACCAIAAAASFvFNAAAABmJLR0QA8wDzAPNl4f/dAAAACXBIWXMAAAsTAAALEwEAmpwYAAAAFklEQVQI12P8/PkzAwMDAwMDEwMMAAAzfgLdhtgOogAAAABJRU5ErkJggg==” srcset=”https://www.lalibre.be/resizer/h_yo-L94G7MuLd3j8bjiXYJAvfU=/245×163/filters:focal(117.5×86.5:127.5×76.5)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/ipmgroup/WPNTEWP5BVCBVNVBR27LVD2LME.jpg 480w” data-sizes=”auto” data-optimumx=”1″/></p></div>
</div>
</figure>
</div>
<p class=On October 31, 2021, the cowboy, father of three fillettes, died of an overdose of fentanyl, a synthetic opiate just 50 times stronger than the heroine. Il avait 29 years.

“Certain people are attracted by the horses, it seems that they help them overcome the difficulties of the day”, explain son père. “Jonn en faisait partie: plus il était entouré de chevaux, mieux il se sentait.”

Ses cendres ont été répandues samedi dans l’arène du rodéo, placées sur la selle du dernier cheval qu’il a monte. In a coup de sabot, they were dispersed in a nuage.

– “Costauds” –

La mort de Jonn a servi d’électrochoc pour Rand Selle, a cowboy au regard perçant.

“On doit souvent gérer des histoires d’amis cow-boys ou de proches que se sont suicidés ou que unt succombé à une addiction à la drogue ou l’alcool”, souffle le trentenaire, organizer du rodéo in hommage à son acolyte.



<p>Rand Selle, founder of the No More Empty Saddles Association, rodéo à Bosler, dans le Wyoming, on August 13, 2022</p>
<p>” width=”245″ height=”163″ src=”data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAMAAAACCAIAAAASFvFNAAAABmJLR0QA8wDzAPNl4f/dAAAACXBIWXMAAAsTAAALEwEAmpwYAAAAFklEQVQI12P8/PkzAwMDAwMDEwMMAAAzfgLdhtgOogAAAABJRU5ErkJggg==” srcset=”https://www.lalibre.be/resizer/TXVncAzhY6q3Sp2zbAVJFasFt74=/245×163/filters:focal(117.5×86.5:127.5×76.5)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/ipmgroup/CKZL2WBRS5GMXGX44YY7OGQF5I.jpg 480w” data-sizes=”auto” data-optimumx=”1″/></p></div>
</div>
</figure>
</div>
<p class=Dans cet Etat, où les villes sont más de 150 km, où la météo est hostile et le réseau téléphonique quasi-inexistant, le mot d’ordre a toujours été de se “relever comme un cowboy” face aux aléas du quotidien.

“Nous les cowboys, on est censés être costauds, on nous apprend à être indépendants et à ne compter sur personne”, assure-t-il, les larmes aux yeux. “On n’a pas forcément cette facilité à communiquer, parler de nos émotions.”

After the décès de Jonn, Rand Selle created a group to free the parole sur l’addiction et le suicide dans ce milieu très masculin. L’association a été baptisée “No More Empty Saddles” (“Plus une selle vide”).

– Chains –

Le groupe jouit d’un succès notable sur Facebook, où manyieurs cow-boys ont commencé à livrer leur témoignage.



<p>The men carrying the chapeaux de cowboys lors d’un rodéo à Bosler, dans le Wyoming, le 13 août 2022</p>
<p>” width=”245″ height=”163″ src=”data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAMAAAACCAIAAAASFvFNAAAABmJLR0QA8wDzAPNl4f/dAAAACXBIWXMAAAsTAAALEwEAmpwYAAAAFklEQVQI12P8/PkzAwMDAwMDEwMMAAAzfgLdhtgOogAAAABJRU5ErkJggg==” srcset=”https://www.lalibre.be/resizer/Wk_TWEwW8NwIT-6S6THefIG5gwU=/245×163/filters:focal(117.5×86.5:127.5×76.5)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/ipmgroup/OQUY5C2HJZGNDNLXI2DKLK6AN4.jpg 480w” data-sizes=”auto” data-optimumx=”1″/></p></div>
</div>
</figure>
</div>
<p class=“C’est complètement normal d’avoir des émotions négatives, c’est ce qui nous rend humains et nous distinc… d’un cheval”, souligne Sheryl Foland, the person in charge of questions de santé mentale pour l’association.

L’entourage de cette professionnelle de santé à la longue tresse blonde n’a pas été épargné par les tragédies d’addiction et de suicide. “J’ai grandi avec un père alcoolique”, raconte-t-elle. “Mon père était en cure de detoxification quand mon frère est mort” for suicide.

“You never know what will become accro”, souligne Sheryl Foland. “More so than nous n’en parlerons pas, nous n’avancerons pas.”



<p>Sheryl Foland, head of the santé mentale pour l’association No More Empty Saddles, lors d’un rodéo à Bosler, dans le Wyoming, le 13 août 2022</p>
<p>” width=”245″ height=”163″ src=”data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAMAAAACCAIAAAASFvFNAAAABmJLR0QA8wDzAPNl4f/dAAAACXBIWXMAAAsTAAALEwEAmpwYAAAAFklEQVQI12P8/PkzAwMDAwMDEwMMAAAzfgLdhtgOogAAAABJRU5ErkJggg==” srcset=”https://www.lalibre.be/resizer/k5Y_RQigVu6Xu6JGWaS8HPJdfB4=/245×163/filters:focal(117.5×86.5:127.5×76.5)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/ipmgroup/QNULNHIA4BGMNBE6WQPAS7TH6M.jpg 480w” data-sizes=”auto” data-optimumx=”1″/></p></div>
</div>
</figure>
</div>
<p class=Pour en “finir avec les morts inutiles”, cette femme, qui pétille d’énergie, distributes depuis sa caravane des Cadenas pour neutralizar les arms à feu, principal moyen de suicide dans le Wyoming, et des boîtes qui se verrouillent pour entreposer les médecines addictives aux participants du rodéo.

La veille, a cowboy I played à sa porte. “Il avait juste besoin d’un endroit pour parler.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *