Skip to content
Home » Créatures craintes mais précieuses pour l’équilibre des écosystèmes

Créatures craintes mais précieuses pour l’équilibre des écosystèmes

La hausse des températures en été s’accompagne souvent de menaces diverses variées. Aux risques de dehydratation ou encore de feux de forêts, s’ajoute également celui des mauvaises rencontres avec des scorpions, voire avec des serpents que sont particulièrement actifs durant la saison estivale.

At the urging of the other reptiles, the serpents are the animals that are “sang-froid”. Cela means that the body temperature is dependent on the celle de leur environnement. Dans notre climat tempéré, le revival d’activité des serpents commenced du printemps et se prolonged jusqu’en automne.

“During this period, these species are three active: they cherchent à se nourrir et à reproduce à la sortie de leur phase d’hibernation”, explains Abdellah Bouazza, doctor in herpétologie et enseignant-chercheur à l’Université Ibn Zohr. A constat that the réseaux sociaux confirment à travers les dizaines de publications illustrant des captures de serpents dans le milieu rural, mais également dans certaines périphéries urbaines.

« Fatal encounters »

Souvent partagées dans les groupes marocains dedicated to the wild fauna, the images of serpents you font réagir the internauts of diverse manières, même yes, chaque année, the commentaires deplorant a « useless gâchis » semblent prendre de l’ampleur. « C’est une couleuvre fer à cheval pas une vipère. Elle n’est pas du tout dangereuse puisqu’elle n’a pas de venin. Pourquoi tuer une espèce inoffensive et qui play un rôle écologique important? », is worthy of a member of the group « Wild life in Morocco » in the commentary of a photo illustrating a snake that was soon discovered in a farm in the Settat region.

« Ces groupes sur les réseaux sociaux sont, en effet, utiles pour partager des informations sur les reptiles. Ils participent à la sensibilización relative à la diversité et à l’importance des serpents, mais constituent également un space de ‘participative science’ puisqu’ils également aux scientifiques d’avoir des données que peuvent parfois s’avérer précieuses », comments Dr. Abdellah Bouazza.

“SOS Serpents”

Comme on peut l’imaginer, Moroccan herpetologists ainsi that a name croissant d’amateurs de la faune sauvage understand the danger that may constitute les rencontres inattendues avec des serpents. Ils s’activent cependant à expliquer et à rappeler la différence entre couleuvres et vipères (see infographie) et tempt so much bien que mala de conseiller les internautes et le grand public sur la conduct à tenir en cas de detection d’une spèce potentiellement dangereuse.

« Malheureusement, du fait du manque de spécialistes, nous n’avons pas encore un système d’intervention pour prendre en charge les serpents (que sont trouvés par des particuliers), et ce, in order to limit the dangers autant pour les humains que pour les reptiles qui sont systématiquement tués. Dans le cadre des activités de l’association marocaine dedicated to herpétologie que nous sommes en cours de constituer, nore ambition est de pouvoir travailler – entre autres – à la mise en place d’un système SOS Serpents de ce genre, à l ‘image of what is left behind in other European countries’, confides l’enseignant-chercheur.

« Herping » touristique

If the majorité des gens craignent les mauvaises rencontres avec des serpents, certaines persons sont prêtes à dépenser de l’argent et à voyager pour le faire.

« Le Maroc is classé 2ème en terms de richesse herpétologique dans la Bassin méditerranéen et cette diversité is a potentiel écotourismique sous-estimame qui mérite d’être mieux valorisé. En attendant, beaucoup de passionnés de la Nature du monde entier se rendent régulièrement au Maroc à la découverte de notre patrimoine naturel et à la recherche d’espèces particulières qu’ils peuvent observer ou photographier dans leurs milieux naturels », Raconte Abdellah Bouazza. Il n’est evidemment pas question ici de personnes venues spécialement pour voir les montreurs de serpents à Jamaâ Lafna, mais de véritables passionnés qui vont en compagnie de guides spécialisés sillonner la Nature pour les joies d’une rencontre avec une espèce rare ou endémique . Who loves them or who hates them, les serpents du Maroc ne laisse manifestement personne indifferent.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *