Skip to content

cars, co-pilots, anecdotes… the route card of Eric Mauffrey

37th edition Rallye Vosges Grand Est

From 8 to 10 June

1991: «J’ai cru que mon copilote s’était évanoui! »

The preface to ses succès dans l’épreuve vosgienne s’est écrite avec the Ford Sierra Cosworth. « The most spectacular car that j’ai eue à conduire dans ma carrière de pilote. Je la qualifierais de bestiale. 450 chevaux, deux roues motrices, pas la liaison au sol d’aujourd’hui, brutal c’était. » Dans le baquet de droite figurait Frédéric Fleurance. « At the time, the work in the communication of the Zelles company (à La Bresse) which is one of the sponsors month. On s’était promis de faire au moins un rallye ensemble et on l’a gagné. »

Ce sacre avec la Sierra rappelle à Eric Mauffrey an anecdote qui le fait encore “bien marrer” aujourd’hui. « Moi, je ne l’avais pas dans mon champ de vision. Sur le premier chrono, le long de la “4 voies” d’Epinal, on montait à Razimont pour plunger vers le champ de tir. Je pars, j’entends les premières notes et plus rien! Je roulais à vue, j’ai cru que mon copilote s’était évanoui. On était secoué por la Sierra et quand j’ai pu regarder, il avait les mains en l’air pour essayer desperation d’attraper le fil de son casque qui s’était débranché (rires). »

September 17, 2016, “Boslimpré” special with the 208 Turbo 16. Photo VM /Eric THIEBAUT

2000: A cake with pommes presque fatale

Le second succès d’Eric Mauffrey intervened neuf ans plus tard sur l’Escorth Cosworth, petite sœur de la Sierra. «Une bonne voiture du groupe A, avec laquelle nous avions fait le grand chelem sur les neuf spéciales au programme! » Cette année-là, Eric fait équipe avec Philippe Bouvier. « Dans les années 90, j’avais arreté le sport automobile de manière professionnelle pour intégrer le groupe Mauffrey. Philippe bossait chez nous et il était par ailleurs navigateur. Notre rencontre s’est faite naturellement. Il avait un peu le même style que Jean Dujardin dans “Un gars, une fille” et on en rigolait. »

Ce sacre total avec la totalité des chronos aurait pu s’écrire autrement quand Eric Mauffrey s’est présenté à l’arrache à un point de regroupement. « J’avais été invited par des riverains à manger la tarte aux pommes et à boire a café. Armando (Pereira) était avec nous. On a understanding of motorists and on a couru. On a failli pointer in retard (rires). »

2001 : rebellion with Philippe Bouvier

L’année suivante, le duo Mauffrey-Bouvier récidive. « Above the Renault Clio 16 S by Francis Villemin, le carrossier. Je retrouvais une bonne Groupe A, well entertained. L’année suivante, je n’ai quasiment pas roulé, juste le Terre de Langres je crois. In fact, je faisais ouvreur pour Gilles Panizzi dans le championnat du monde. »

The content is blocked once you accept cookies.

In south cliquant “I accept”the cookies will be discarded and you pourrez visualize the content .

In south cliquant « Accept all cookies »you authorize depots de cookies pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

You reserve the possibility of withdrawing your consent at any time.
Gérer month choix


2003: the first generations of the WRC

From retour aux affaires, Eric Mauffrey remporte son troisième “Vosgien” en quatre ans. South unites 206 WRC louée qui appartenait à Serge Bernardin. « On était dans les premières générations de WRC, apparues à la fin des années 1999. L’auto avait un comportement survireur, j’aimais bien ça. With an incredible acceleration, an exceptional braking and a three-way suspension. »

Ce quatrième succès (neuf scratches sur neuf comme en 2000) s’est construit avec un troisième copilote différent. A co-pilot in l’occurrence: Mickaëlle Rouillon (jourd’hu jointly with Julien Pressac). Là encore, une anecdote revient illico au Spinalien. « Dans la spéciale d’Eloyes, je me panne au départ. La voiture cale et je n’arrive pas à la relancer. À vingt secondes, on était sorti du rallye. L’auto redémarre après plus 19 secondes de retard. Et on fait le scratch malgré ça. Avec Mickaëlle, on s’est regardé en se disant que le rallye allait bien se passer. »

2005: Joins Subaru to drive with Colin McRae

Nouvelle aventure, nouvelle voiture et nouvelle copilote, in l’occurrence Murielle Grandemange. «C’était la première fois qu’on roulait ensemble, la première grosse expérience de ella avec une grosse auto pour elle. On gagne et du coup on est resté ensemble jusqu’à la fin de la saison. »

The Subaru Impreza ne lui laisse que de bons souvenirs. « C’était une voiture conçue pour Colin McRae (champion du monde 1995) qu’il fallait piloter comme lui. Tout en dérive, sur le train arrière, en glisse avec le pont arrière bloqué. Of bonnes sensations. »

The victorious premiere dates back to 1991, aboard the Ford Sierra RS Cosworth (ici lors de l’Alsace-Vosges). Photo DR/Facebook Eric MAUFFREY

2016 : la der avec la capriciause 208 Turbo 16

Cette fois, c’est Kevin Bronner qui lit les notes, comme il le fait encore aujourd’hui. Le cinquième co-pilot. « Tous mes “navigos” ont été de superbes rencontres. Il se passe toujours quelque chose dans une voiture, avec des liens forts et une confiance absolue. Kevin faisait was part of the small team that created the site for this rally. On a start to rouler in 2012/2013 mais c’est vraiment à from 2016 qu’on a été vraiment ensemble. »

Pour l’importer, il a failu dompter la 208 Turbo 16. « Je ne sais pas s’il faut le me más ce n’est pas la meilleure R5 que j’ai eue. It is a bit complicated to meet a point, I know who and it is worth parvenu is Bonato. Mais cette année-là, la concurrence était moins vive et on s’était vite retrouvé devant. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.