Skip to content
Home » Cancer avancé, tentative d’assassinat… Que faut-il penser des «révélations» sur Vladimir Poutine?

Cancer avancé, tentative d’assassinat… Que faut-il penser des «révélations» sur Vladimir Poutine?

After becoming president, Vladimir Putin cultivated a virile image of a man. Le Kremlin a soigneusement bâti un personnage : Poutine torse nu sur un cheval, Poutine en train de soulever de la fonte, Poutine avec une Kalachnikov entre les mains…

Mais cette volonté de toute-puissance est mise à mal depuis semaines par de tenacious rumeurs, en provenance, notamment, de certains observateurs et médias américains qui, à défaut d’obtenir le bilan medical du président russe, dissèquent ses moindres gestes pour déchiffrer they are état de santé. Ce jeudi, this is the American journal Newsweek that relaunched the speculations: sans plus de précisions, affirming that the chef d’État de 69 ans aurait été brought in April for an advanced cancer and qu’il aurait échappé à une tentative d’assassinat in March.

The article is based on the fear of three responsible for the American renzeignement who auraient lu a confident rapport. « L’emprise de Poutine est forte mais n’est plus absolue. (..) Les jeux de pouvoirs au Kremlin n’ont jamais été aussi intenses, car tout le monde sent que la fin est proche », disent-ils.

Paradoxally, the isolation of Vladimir Poutine strengthens the rumours, tout in the rendant quasiment impossibles à verifier. Some analysts du renseignement américain ont été formedés au diagnose à distance, d’autres à la psychiatrie, précise Newsweek. In April for example, ils ont vu dans the unusual posture of the president une preuve supplémentaire de sa santé declining him.

Est-ce reliable ? « On peut faire des diagnostics par écran, mais c’est très délicat, insists geopolitologue Patrick Martin-Genier, qui reste sur la réserve. Il faut être médecin, et tous les médecins ne seraient pas d’accord entre eux. Une posture ne veut rien dire, tout cela est hypothétique. And even if it’s cancer, he remains in a gouverner position and he does not work hard, just like Pompidou. »

Des informations plausibles, mais pas avérées

Quelques après le défilé russe du 9 mai, le chef des services de renseignement ukrainiens, le général de division Kyrylo Budanov, avait me declaré au média britannique Sky News that Vladimir Poutine était dans «un très mauvais état psychologique et physique et qu’il était très malade », adding that the managements are plotted in the interior of the Kremlin to reverse it.

Une dernière affirmation elle aussi inverifiable, mais déjà plus credible. “He did not win victory on May 9, but he could be weakened by this war that he thought would end in those days, observe Patrick Martin-Genier. Elle est susceptible d’entrainer des difficultés au sein du régime politique. The oligarchs, severely sanctioned, sont-ils en train de le lâcher? The question is posed. »

Les sources du journal Newsweek travaillent au sein de trois services de renseignement américains distincts : a person in charge of the direction nationale du renseignement (DNI), a member du renseignement du Pentagone, and a former officer of the Air Force. Les États-Unis en comptent 17 au total, rappelle sur LCI François Heisbourg, special adviser to the Fondation pour la recherche strategique. « The state of santé de Poutine is becoming a brownie, tout le monde peut en parler sans a credible regroupement des sources. Is the information plausible? Oui. Est-ce que je la tiens pour avérée? Absolutely passed. Même chose pour l’attentat (la tentative d’assassinat et de coup d’État) against Poutine. »

I questioned him for Newsweek, the DNI agent recognized him lui-même, speaking of an « iceberg enveloppé de brouillard ». In reality, the services of renseignement américains with a “limited visibility” when it comes to Moscow, repète the American security adviser Jake Sullivan, in a press conference. Meme the director of the CIA, William Burns, to my garde le Congrès: «Attention, car nous avons peu d’informations sur l’équilibre au sein de la nomenklatura russe. »

Ces speculations semblent become a problem pour Moscow. At the point that the end may be, the lors d’un entretien according to TF1, the minister of foreign affairs étrangères russe Sergueï Lavrov avait dû démentir: «Je ne crois pas que quelqu’un qui ait toute sa tête puisse voir chez cette personne (Poutine) Des signes d’une maladie ou d’une affection quelconques. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *