Skip to content

Arcade Fire “WE” : a pastoral pop folk tourbillon d’émotions !

Cinq ans après Everything Now, Arcade Fire retrouve une belle unité de composition avec WE a pastoral pop folk album, sensible et raffiné, truffé de mélodies riches et voluptueuses.

after Everything Now (2017) album un peu pompeux et synthétique, le quintet rock canadien s’est recentré sur l’essentiel, à savoir écrire et composer de vraies chansons pour leur sixième album, WE. I freely inspired the roman “We” by the Russian writer Yevgeny Zamyatin for (1924), a work that influenced Aldous Huxley for “Le Meilleur des mondes” (1931) and George Orwell for “1984” (1949), for sixième album Des Montréalais is a particularly exciting musical voyage that could be followed by the references of the group after the creation of the group in 2004.

Co-produced by Nigel Godrich WE This tourbillon d’émotions ressenties par le couple Butler-Chassagne pendant la pandémie du COVID-19, soit 7 titres que rendent compte de l’évolution du monde et des changements sociaux drastiques qui bouleversé la planète depuis 2020.

The influence of David Bowie

The premiere part of the album contains 4 songs that reflect a serious and heavy ambiance through vibrant electro-rock ambiances telling “Age Of Anxiety I and II” or the piano notes that detract from the space below the batterie qui s’ pack like a cheval au gallop. » End of the Empire I-IV » is sans doute la pièce maîtresse de l’album, une sort d’odyssée musicale pop folk pastorale, aussi intense que déchirante sur la chute de l’empire américain, et qui fait évidemment référence à nore time. A strong musical part with the influence of David Bowie is omnipresent. Sur ce titre à tiroir, la beauté, la tristesse et l’euphorie se mélangent avec un fluidité étonnante.

Une seconde partie lumineuse

La seconde partie est elle plus lumineuse, plurielle, chaleureuse, pleine d’espoir. On retrouve là un Arcade Fire prêt à affronter les adversités du monde coûte que coûte comme le montrent “The Lightning I, II”, “Unconditional” “End Of The Empire”. Sur « Sagittarius A » Win Butler ironizes sur la vie et les technologies modernes, fait références aux médias sociaux, aux streaming services. If the premiere party invites the audience to a certain concentration, to a deep connection or to more successive listeners who are necessary, from « The Lightning I, II », on it goes back to common territory once they are original who forged the identity of groupe sur les incontournables “Funeral” (2004) and “Neon Bible” (2007). Côté titres forts, on retaining «Unconditional I (Lookout Kid)», a simple berceuse, touchante sans effet de production, chanson écrite pour le fils de Win Butler et Régine Chassagne. Soutenu par des synthés electro, des percussions africaines et la voix de Peter Gabriel en invited surprise, «Unconditional II (Race and Religion) est un morceau hypnotique dansant que aurait pu aisément figurer sur «Reflektor» (2013). Ce titre glorieux et joyeux mets la voix de Régine Chassagne au premier plan. The album grows on WE, an acoustic pop folk title that rappels the ambiance of 70’s rock.

Voilà une musicale que réaligne le coeur et l’âme du groupe between Led Zeppelin, Pink Floyd et Supertramp. A écouter et réécouter sans moderation avant leur unique concert parisien on 15 September 2022 at the AccorArena.

arcade Fire WE (Columbia/Sony)

1-Age of Anxiety I

2-Age of Anxiety II (Rabbit Hole)

3 -End of the Empire I-IV (Sagittaius A*)

4-The Lightning I, II

5-Unconditional I (Lookout Kid)

6-Unconditional II (Race and Religion)

7-We

visuel (c) Couverture d’album

Leave a Reply

Your email address will not be published.