Skip to content
Home » Aggressions à la seringue à Paris: “Il faut continuer à faire la fête, ne pas céder à la psychose”

Aggressions à la seringue à Paris: “Il faut continuer à faire la fête, ne pas céder à la psychose”

Comment réagir en cas d'aggression à la seringue ?  Comment les bars et boîtes de nuit tentent de s'en prémunir ?  Eléments de réponse avec actu Paris.
Comment réagir en cas d’aggression à la seringue ? Comment les bars et boîtes de nuit tentent de s’en prémunir ? Eléments de réponse avec actu Paris. (© Wikimedia commons / Amberskybrown )

Nouvelle crise pour les lieux festifs et culturels à Paris. Après un an et demi de fermeture, a new coup d’arrêt imposed by the government of the winter, a reprise marked by the recrudescence of the cases of chemical submissions by him GHB, un nouveau phénomène émerge depuis quelques mois: les assaults on the syringe.

Comment les professionnels de la nuit peuvent-ils s’en prémunir ? quels reflexes adopt in case of aggression ? Frederic Hocquardadjoint to the maid of Paris in charge of the vie nocturne, et marion delpechco-founder of the association Act Right Who trains and sensitizes the personnel, responds to up to date Paris.

Mystère autour du produit potentiellement inoculated

Les temoignages succèdent. Sensation d’une “vague de froid” suivie de nauseas et d’hallucinations pour la Viroise (Calvados) Lola (prenom d’emprunt), a bruise on her body and a trace of piqure au milieu pour a jeune femme que affirme avoir été touchedée à Roanne (Loire), perte de connaissance et vomissements pour une jeune femme à Lens (Pas-de-Calais)… Le phénomène spread dans toute la France et Paris n’est pas épargnée.

Dernière alerte en date, une elève de Sciences Po qui aurait été piquée à son insu lors d’une soirée organisée sur une péniche dans le 7and arrondissement.

Face à ces témoignages, les autorités sont démunies. « After name changes with theAP-HPon ne parvient pas à identifier you product qui entraîne ce genre de symptômes », summarizes Frédéric Hocquard.

Une mode pour faire peur?

Pour l’adjoint en charge de la vie nocturne, ce type d’intramuscular injection n’est pas l’usage courant pour les psychoactive products who is innocent in intraveineuse. Même interrogation du côté de l’association Act Right alors que les piqures sont faites furtivement, au milieu de la foule, sans visibility et donc ayant peu de chance de tomber précisément sur une veine.

Sans remettre en cause la parole des victimes, le fait qu’il n’y ait pas d’aggression à la suite de ces piqûres interroge. The chemical submission is a moyen pour les prédateurs de rendre vulnérables leurs victimes, on peut donc questionner sur l’intérêt de ces piqûres.

marion delpechCo-founder of the association Act Right

Pour Frédéric Hocquard et Marion Delpech, ces agressions à la seringue relèveraient d’une “mode” pour faire peur. Tous deux font le lien avec les années 1980 quand l’épidémie de Sida a commencé à se spread et que des surfaient sur la psychose pour piquer, à l’aide d’une épingle à nourrice ou d’un compas, les passants.

Videos : at the moment sur Actu

What faire in case of aggression?

Quoi qu’il en soit, Marion Delpech advises the victims of se faire connaître, « dans la mesure du possible et selon son état », auprès du personnel de l’établissement. « If les faits deroulent sur un festival, se tourner vers les benevolence of the Croix Rouge who are qualified to faire des blood pressurepar exemple », poursuit-elle.

Ensuite, the ideal is to give up dans un commissariat pour déposer plainte avant de faire un dépistage car le test pour GHB detection dans l’organisme coûte 900 euros. “C’est une aberration”, lâche la cofondatrice d’Act Right pour qui sa gratuité ou son remboursement de la es un cheval de bataille.

Des tests à faire quickly cependant car les traces of GHB ne rest pas plus de six à neuf heures dans le sang

Choisir les lieux où le personnel est formed

If the établissements ne peuvent pas are awarded 100% of type d’aggressions, the co-founder d’Act Right préconise aux Parisiennes et aux Parisiens de faire la fete dans des lieux sensibilized à ces problematiques.

Du côté de la mairie de Paris, inciting the establishments to suivre des formations avec des associations comme Act Right, Fêtez Clairs or encore Consentis. The objectif c’est that the équipes soient éveillées et vigilantes face aux behaviors dans leurs structures, that the salaries soient formés pour prendre en charge les victims et that the forces of l’ordre puissent prendre le relai.

Frederic Hocquard Adjoint à la maire de Paris in charge of the vie nocturne

Awareness campaign, label in cours de création pour aider les clients à identifier les lieux « safe »… Pour l’adjoint à la mairie, the solution is found dans le triptyque « information, prevention, training« .

Pour le moment, une quinzaine d’établissements parisiens sont sur la voie pour l’obtention du label comme le Badaboum (elevenand arrondissement), les bars Pink Bonheurhe Rex (Paris Centre), Super Sonic (12and arrondissement) or encore Le Petit Bain (13and arrondissement) qui collaborate étroitement avec Act Right.

“For the night to remain mixed and inclusive”

« Au-delà de ces agressions, c’est la question des femmes dans l’espace public who has values ​​that are largely the cause of attacks », reveals Frédéric Hocquard.

« Les movements comme Balance ton bar (for the victims of chemical submission to GHB and other psychoactive substances) aident à faire changer les choses give him world of the nightobliging the authorities to deal with problems that exist more in the future than in compte », this is the adjoint that requires that deux personnes ont été arrêtées in flagrant délit en novembre dernier et qu’une procédure judiciaire est en cours.

Et l’adjoint d’inciter les Parisiennes à sortir, pour « que la nuit reste mixte et inclusive ». For Marion Delpech «s’il n’y a pas de solution miracle», il faut toute de même «continue à faire la fete, continue à sort et ne pas céder à la psychose».

Cet article vous a été utile? Sachez que vous pouvez suivre Actu Paris dans l’espace Mon Actu . In one click, after inscription, you and retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *